Communiqué de "Solidarité St Médard PN11" suite à l’accident ferroviaire à Denguin

Nous reproduisons ci-après le communiqué de presse de l’Association "Solidarité Saint Médard PN11" qui réunit des victimes de la collision entre un camion et un TER le 12 octobre 2011. Aussitôt créée, L’association a demandé à adhérer à la FENVAC


Collision entre un TER et un TGV à Denguin : l’information en temps réel des agents de conduite reste un point noir du système ferroviaire.

SAINT-MALO, le 18 juillet 2014 – 6 jours seulement après la 1ère commémoration du drame de Brétigny/Orge, un nouvel accident ferroviaire vient de se produire à Denguin faisant des dizaines de blessés dont 4 grièvement touchés. Solidarité St Médard PN11 relance le débat sur la communication entre les rames de train ou à destination de celles-ci. SNCF et RFF doivent doter tous leurs matériels roulants de moyens modernes d’alerte en temps réel pour anticiper la présence d’un obstacle sur les voies.

Hier 17 juillet vers 17h30 à proximité de la commune de Denguin (64), un TER percute une rame de TGV roulant à vitesse réduite sur la même voie. Solidarité St Médard PN11 exprime toute sa compassion pour les victimes et leurs familles et leur témoigne tout son soutien dans cette épreuve difficile.

Les premiers éléments de l’enquête relayés dans les médias semblent indiquer que la signalisation était en maintenance, imposant de ce fait aux agents de conduite une réduction locale et temporaire de la vitesse des trains à 30 km/h. De toute évidence, l’agent de conduite de la rame de TER n’a pas eu ou respecté cette consigne.

Une telle collision, si elle reste exceptionnelle, soulève des questionnements fondamentaux sur l’information en temps réel dont disposent les agents de conduite et sur les procédures de sauvegarde qui permettraient d’éviter qu’une consigne ne soit pas respectée. Voici un an et suite à la catastrophe de St Jacques de Compostelle (déraillement d’une rame TGV lancée à grande vitesse dans une courbe serrée), les responsables de SNCF et RFF avaient vanté la performance des dispositifs français qui prévenaient de toute vitesse excessive des trains français grâce à un freinage automatique des rames roulant à une vitesse inappropriée. Force est de constater que les dispositifs ne fonctionnent pas ou du moins qu’ils sont encore bien trop approximatifs.

Dans les mois qui ont suivi le drame de St Médard/Ille, l’Association Solidarité St Médard PN11 a constaté que certaines parties du réseau ferroviaire français n’étaient pas équipées de la technologie « radio train ». Ce dispositif permet, en cas d’évènement anormal, des alertes en temps réel par les agents de conduite ou les Centre Régionaux des Opérations. Ce type d’alerte a pour but d’informer tous les trains du secteur d’un danger ou d’un évènement pouvant entraver la circulation des trains.

Suite au drame de St Jacques de Compostelle, Solidarité St Médard PN11 s’est également étonnée de l’absence de technologies de géolocalisation dans les cabines des trains. A l’heure où des automobilistes peuvent signaler à l’aide d’un Smartphone la présence d’un chien écrasé sur une route (applications du type Waze, Coyote,…), les conducteurs de train continuent à rouler en 2014 « à vue », une procédure archaïque totalement incompatible avec des freinages d’urgence et dont nous constatons encore les conséquences douloureuses.

Quelles qu’en soient les raisons, un tel accident n’aurait jamais dû se produire. Le doublement de la signalisation visuelle par une alerte radiophonique et/ou une alerte de type géolocalisation avec couplage au système de freinage aurait imposé le ralentissement de ce TER. Doubler les systèmes permet par ailleurs de palier à une défaillance humaine (comme à St Jacques de Compostelle) ou des systèmes visuels (dysfonctionnement, vandalisme, vol de cuivre sur les voies,…).

Les agents de conduite, trop souvent déconnectés de leur environnement, doivent disposer d’une information la plus actualisée possible de l’état du réseau sur lequel ils circulent. Ils doivent pouvoir alerter ou être alertés sur tout évènement connu ou récent. SNCF et RFF appliquent en 2014 des référentiels en matière de communication datant d’une autre époque. Une véritable refonte doit être envisagée avec l’intégration de technologies de communication itinérantes qui sont appliquées en routine dans d’autres modalités de transport (aérien, maritime, terrestre automobile).

A l’heure où des budgets si inutiles sont gaspillés pour adapter des quais à la largeur de nouvelles rames de TER, les pouvoirs publics tardent à imposer de nouvelles obligations à SNCF et RFF sur ce volet sensible de l’information en temps réel des agents de conduite.

Solidarité St Médard PN11 espère que ce nouvel accident aidera à faire évoluer le système de sécurité ferroviaire et que les responsabilités dans l’accident soient clairement établies. Les refus répétés de SNCF et RFF, en dépit de sollicitations multiples, de mettre en œuvre des techniques préventives efficaces et peu onéreuses, se doivent d’être soulignés.

A propos du passage à niveau N°11 de St Médard/Ille
TER et TGV circulent à 140 km/h sur la ligne Rennes-St Malo. Situé dans une courbe aveugle (visibilité pour l’agent de conduite de 175 mètres seulement dans le sens Rennes-St Malo), ce passage à niveau est connu pour son trafic élevé de Poids Lourds (proximité de carrières) et ses statistiques effroyables :
• 10 Juillet 2006 : piéton happé par une rame de TER (1 mort)
• 26 Novembre 2007 : collision TER avec un poids lourd (40 blessés dont 22 hospitalisés)
• 11 Février 2010 : collision d’un TER avec une camionnette (aucune victime)
• 12 Octobre 2011 : collision TER avec un poids lourd (3 morts, 45 blessés dont 13 graves)
Après 4 accidents ayant causé le décès de 4 personnes, traumatisé à divers niveaux plus d’une centaine de personnes, le passage à niveau n°11 de St Médard/Ille a enfin été inscrit en décembre 2012 au programme national de sécurisation des passages à niveau (14 mois après le dernier drame). Des études préliminaires ont été initiées pour envisager sa suppression. D’ici cette échéance lointaine, SNCF et RFF refusent toujours d’appliquer le principe de précaution consistant à réduire localement la vitesse des trains au PN11.

A propos de Solidarité St Médard PN11
Regroupant les victimes et familles de l’accident de TER du 12 octobre 2011, l’Association a pour mission d’apporter son soutien aux victimes et à leur famille pour gérer au mieux « l’après accident ». Lieu d’échange et de partage d’expérience, l’Association conseille celles et ceux qui le désirent dans leur combat pour mieux faire reconnaître les préjudices subis. Agréée par le Ministère de la Justice, l’Association s’est constituée Partie Civile. Elle souhaite contribuer activement à l’établissement de la vérité sur l’accident et que soient mises en évidence toutes les éventuelles responsabilités. Solidarité St Médard PN11 nourrit enfin le projet ambitieux de faire évoluer la sécurité des passages à niveau.
Solidarité St Médard PN11 est membre de la FENVAC (Fédération Nationale des Victimes d’Attentats et d’Accidents Collectifs) dont elle occupe un siège au Conseil d’Administration.

Contacts presse :
Lionel LABOURDETTE, Président / Krista DECROI, Secrétaire - 06 95 21 62 34
solidarite.saintmedard@gmail.com


Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC