ASSOCIATION FENVAC - 6 rue du Colonel Moll - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Attentat de Nice : pas de feu d’artifice le 14-Juillet

23/06/2020

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR L. B. Mis à jour le 22/06/2020 à 11:57 Publié le 22/06/2020 à 11:45

Des hommages aux victimes de l’attentat du 14 juillet à Nice. Photo Cyril Dodergny

Crise sanitaire oblige, la sobriété sera le maître-mot de l’hommage aux 86 anges tombés sur la Promenade des Anglais en 2016 à Nice. Un soulagement pour les associations de victimes et de familles de victimes.

Des roses et des lumières mais pas de feu d’artifice cette année en hommage aux victimes du 14 juillet 2016.

«  Étant donné les circonstances liées à la crise du Covid 19, aucune cérémonie du 14 juillet n’aura lieu, pas plus à Paris qu’à Nice  », a indiqué le maire de Nice Christian Estrosi à l’issue, ce lundi matin, d’une réunion du comité de suivi du 14-Juillet en présence, notamment, des associations de victimes et de familles de victimes, Promenade des Anges et Life for Nice.
L’hommage aux 86 anges tombés sur la Promenade il y a quatre ans sera «  une cérémonie intimiste, un hommage sobre  ».

La journée débutera par une cérémonie dans l’intimité des familles qui se recueilleront devant le moment de la Villa Masséna. Ensuite, ce lieu de mémoire sera ouvert à tous les Niçois qui voudront venir y déposer une rose.
Dans l’après-midi, des médailles seront remises aux victimes dans les salons de la villa Masséna.

Et, à 22 h 34, 86 faisceaux s’élèveront dans le ciel niçois le soir. 86 rayons de lumière qui rejoindront les étoiles en silence.
Un choix vécu comme «  un soulagement  » par les victimes et familles de victimes. «  L’année dernière, le feu d’artifice, qui avait avancé à la dernière minute du 15 au 13 juillet, avait été une souffrance inouïe. Même terrés chez nous, fenêtres fermées, c’était douloureux. C’était un couteau dans la plaie qui nous rappelait que nos enfants sont morts et que notre bonheur nous a été volés  », a commenté Anne Gourves de l’association Promenade des Anges après les annonces du maire de Nice.